La maison isolée - Laura Franklin
Laura Franklin

La maison isolée

La maison isolée - Laura Franklin

Si Sylvie m’avait dit que la maison qu’elle venait d’acheter était aussi isolée, je ne serais peut-être pas venue la voir dès son emménagement. Elle avait été charmée par la vieille bâtisse, mais elle avait dû l’aménager avant de poser ses affaires dedans. J’avais vu des photos de la demeure avant sa rénovation et j’avais été stupéfaite par l’avancée des travaux. En quelques mois, cette masure avait été transformée en une demeure de charme aux multiples avantages. Une piscine, un sauna, un jacuzzi, un solarium, une grande véranda avaient été ajoutés. Les atouts présents, actuellement, avaient servi à mon amie pour me décider. Elle m’avait montré la chambre que j’occuperais, si je venais la voir. La vaste pièce était lumineuse. De plus, elle comportait une salle de bains privée. Une ouverture vers la terrasse permettait à la personne invitée d’être autonome.

Avant de partir, j’avais envoyé les documents à un preteur prive. Mon voisin avait été charmant et il m’avait proposé de garder mon chat pendant mon absence. Je ne partais que quatre jours, mais l’animal avait besoin d’être soigné quotidiennement. Herbert lui a donc donné ses cachets et il a fourni mon chat en croquettes pendant que je n’étais pas chez moi. Je savais que mon compagnon à poils serait choyé. J’ai une grande confiance en Herbert. Il a plusieurs animaux et il s’en occupe très bien. Je lui ai rapporté une coupe à fruits en céramique, créée par un artisan du village où mon amie habite. Il l’a posée sur la console de son salon. Elle est mise en valeur grâce à un jeu de lumière sophistiqué. Sa teinte marron clair est douce, les motifs, gravés, apportent de l’originalité à l’œuvre, en somme, c’est un bel objet.

Je n’étais pas encore arrivée sur le chemin qui mène chez Sylvie quand j’ai reçu un message de François. Il est ami avec ma grand-mère et il m’informait qu’elle avait été transférée à l’hôpital. Ce n’était pas grave, elle avait chuté. Les examens médicaux étaient positifs, elle ne s’était rien cassé. Je devais penser à l’appeler pour prendre de ses nouvelles. Ma surprise fut totale quand j’ai emprunté le chemin qui menait à mon lieu de destination. Les arbres étaient si serrés que la lumière du jour ne passait pas. Cet isolement me fit craindre d’être confinée à l’intérieur de la maison. Ce ne fut pas comme cela que mon séjour se passa.