Le bien-être des parfums - Laura Franklin
Laura Franklin

Le bien-être des parfums

Le bien-être des parfums - Laura Franklin

D'abord, il y a eu Shalimar de Guerlain, puis, Angel de Mugler, et ensuite, Candy de Prada. Récemment, j'ai découvert aussi Rose de Serge Lutens. C'est drôle tout ce que les odeurs peuvent évoquer, et en quoi elles déclenchent la résurgence de souvenirs, parfois très lointains. Proust, nous parlait de sa madeleine, et de tous les souvenirs d'enfance que cela évoquait pour lui; la douceur de sa maman, les bons moments passés ensemble... C'est dans cet état d’esprit, que je me suis plu à emmener mon petit garçon dans les usines de parfum bien connues, de Fragonard à Grasse en Provence, lors d'un récent séjour en Europe. C'était tellement mignon de le voir sentir, les unes après les autres, toutes ces odeurs merveilleuses de violette, de mimosa, de roses, de fleur d'oranger, et les compositions que des nez ont mis des mois à mettre au point. J'étais heureuse de voir à quel point cela lui plaisait, car pour moi aussi, les parfums sont d'une grande importance dans la vie. C'est peut-être parce que j'ai lu "Le parfum" de Patrick Süskind, quand j’étais adolescente, et que je suis restée marquée par cette histoire assez macabre, mais fascinante aussi.  Il est certain que j'ai aussi été très marquée par mon enfance en Provence, et toutes les richesses qu'offre cette terre merveilleuse. Aujourd'hui, je découvre d'autres choses au Québec, comme la qualité de l air Montréal, dont la fraîcheur évoque presque un parfum pour moi. Je trouve que l'air y est si pur, que cela m'évoque les hauteurs en montagne, la plénitude de la forêt, et aussi, ce côté ouvert, immense sans barrière, si particulier au Canada. C'est tellement surprenant pour nous, qui venons d’ailleurs, là où tout est barricadé, délimité, comme rétréci. On peut dire que tout se joue dans la tête. C'est vrai que finalement, ce qui importe, c'est ce qu'on l'on ressent au fond de soi. D'ailleurs, c'est comme ça qu'il y a des prisonniers qui restent libres dans leur tête et dans leur cœur, en dépit de leur prison physique. Mais quand même, on a beau dire, l'espace et la qualité de l'air, ça compte ! Quoi de plus agréable que de sentir l'air frais remplir ses poumons ? C'est un peu comme se vider la tête, et se sentir vraiment libre, léger. C'est ainsi que les odeurs participent à notre bien-être en général. Si certains parfums nous rappellent de très bons souvenirs, le plaisir simple de humer l'air frais, nous aide à être de bonne humeur, à nous sentir bien, vivants !