Pour mes trente ans - Laura Franklin
Laura Franklin

Pour mes trente ans

Pour mes trente ans - Laura Franklin

Pour recevoir de la famille à l’occasion de mon anniversaire, j’avais décidé de préparer des plats mijotés, cuisinés, avec soin et en prenant tout mon temps. J’avais hésité entre plusieurs recettes, entre les tournedos façon Rossini, un filet mignon de veau au chou rouge et aux lentilles, accompagné d’une poire pochée recouverte d’amandes effilées, et un foie gras poêlé aux mangues. D’autres recettes m’avaient étonnée, inspirée ou amusée, mais je n’avais retenu, pour finir, que ces trois préparations de plats. J’avais vu un avis, et je savais que, dans mon immeuble, une decontamination se passerait le lendemain du repas que j’organisais pour fêter mes trente ans. Pour le dessert, je souhaitais faire un ananas rôti à la sauce caramel, ou des mini vacherins à la crème de marrons. Le choix fut difficile, car tout donnait envie d’être cuisiné. Des recettes plus traditionnelles m’avaient aussi effleuré l’esprit, mais je voulais un repas avec des mets plus inhabituels.

Pourtant, j’adore une bonne tourtière ou encore une tarte au sirop d’érable bien faite. J’aime aussi les fèves au lard, mais je souhaitais que les quelques convives, que je priais de se joindre à ma table, aient les papilles réveillées par des mets précieux. Finalement, ce fut le foie gras poêlé que je fis, et je voulus trouver des pommes de terre de petite taille pour l’accompagner, car le côté sucré de la mangue devait être équilibré par la chair tendre de la pomme de terre. En entrée, les verrines de quinoa au saumon fumé étant une de mes recettes préférées, je les mettrais au centre d’une couronne de jeunes pousses de salades.

Des mélanges de fruits frais en jus, seraient pressés fraîchement pour mes invités, à l’apéritif, et des chips de pommes et de bananes seraient servies en même temps. Je ne proposerais du champagne qu’après que nous ayons bu nos jus de fruits. Pour le repas, j’avais mis de côté une caisse de vin rouge. Ma famille apprécierait cet enchaînement. J’avais pensé à leur faire découvrir une tradition française, de Normandie, exactement, le trou normand. C’est après la viande qu’une liqueur accompagnée de glace à la pomme est dégustée. J’avais réuni tous les ingrédients nécessaires et je voulais le présenter dans de petites coupelles. Malheureusement, en sortant les bols, pour voir si aucun n’était ébréché, j’en cassais deux, et je n’en avais plus assez pour que tous mes invités en aient de la même série. Je dus aller en acheter.