Quel métier d’avenir ? - Laura Franklin
Laura Franklin

Quel métier d’avenir ?

Quel métier d’avenir ? - Laura Franklin

Quand je vois mon petit garçon jouer au pompier, ou au pilote d'hélicoptère, ou bien, au docteur, et parfois au monsieur qui va à la pêche, je suis émerveillée par la diversité de ses goûts, et en même temps, je me dis que je suis curieuse de savoir ce que l'avenir lui réserve. Sera-t-il artisan, médecin, pompier, travaillera-t-il dans ces nouveaux métiers qui n'existaient pas de mon temps? Est-ce qu'il sera rédacteur pour une agence adwords, ou avocat ? Probablement pas entraîneur personnel, mais ira-t-il vers un métier traditionnel ou contemporain ? Aura-t-il le goût de l'étranger, et deviendra-t-il grand reporters comme j'aurais voulu l’être à un moment donné de ma vie ? Qui peut le dire…

Ce qui est certain, c'est que les enfants d'aujourd'hui sont connectés à la technologie dès leur plus jeune âge. La première fois que j'ai pris l'avion avec lui pour rentrer au Canada, j'étais vraiment surprise de voir tant de parents confier à leurs très jeunes enfants, les tablettes que ces derniers semblent ne plus vouloir quitter. Honnêtement, je peux comprendre que sur un long vol, disons un vol de plus de 7 heures, que ce ne soit pas facile d'occuper un jeune bambin, mais quand même, cela me fait mal au cœur de voir ces enfants scotchés à des écrans pendant des heures.

J'ai eu l'impression qu'on me regardait comme quelqu'un de préhistorique avec mes petits jouets en bois, mes crayons de couleur et mes feuilles de papier. Une maman m'a même dit, « bravo, vous êtes vraiment patiente ». Si elle savait le bien qu'elle m'a fait, car franchement, je n'ai pas l'impression d'être assez patiente avec mon fils. Honnêtement, la critique est facile, mais l’art est difficile. C'est vrai qu'avec les meilleures intentions du monde, quand on est confronté à la réalité de devoir occuper un enfant pendant de longues heures, on peut céder à la tentation très facilement. La prochaine fois qu’il voyagera aussi longtemps, il sera plus âgé, donc il faudra d’autres occupations, et dans un avion, c’est assez limité. Il ne sait pas encore lire, mais on trouvera bien quelque chose, sans le « coincer devant un écran » tout le long du vol.

Souvent, il s’amuse avec un rien ; une ficelle et un bout de bois ; un sac accroché à son hélicoptère devient un réservoir d’eau, et il imite les bombardiers d’eau, qui viennent déverser des tonnes d’eau sur les feux de forêts. Finalement, il suffit de peu de choses pour satisfaire quelqu’un, même un enfant …